Atelier d'écriture "A vous de prendre la plume" Ados/Adultes - à partir de 15 ans

 

Le mardi 14 novembre, une dizaine de participantes ont participé à l'atelier d'écriture animé par Anne-Florence Ghali, écrivain public

 

Grâce à la plume de l'écrivain, personnages, décor, atmosphère deviennent inoubliables... les participants ont ainsi esquissé quelques scènes et portraits.

 

Scène : Un être étrange

Suzanne appelée Suzie est toute petite. Elle se fond dans le décor. La seule chose visible chez elle est sa blondeur vénitienne. Dans la rue, les passants ne voient que sa crinière ondulée. Grâce à elle, ils s'écartent et la regardent. Elle est souvent habillée en noir mais quand on s'approche, on voit, on remarque aussi son immense sourire. Suzanne est un être étrange, différent qui a fait de ses particularités : une force. Malgré sa taille, elle avance dans la rue, comme dans la vie sûre d'elle et de ses capacités. Elle a un ami Léopold tout son contraire.

Scène : A la médiathèque

Léopold est un jeune homme timide. Intelligent, il observe les autres avec un regard assidu. Son lieu préféré d'observation est la médiathèque de sa ville. Toujours élégant, avec de petites lunettes, il s'installe dans la salle de lecture où il peut regarder sans être vu. Au bout d'une heure, il marche dans les travées pour écouter, épier les lecteurs. Il prend un livre, le repose et parfois finit par en choisir un. Mais son moment favori est l'heure du conte où il peut savourer, entendre et goûter les mots de la bibliothécaire. Léopold est un jeune homme timide qui essaye de se nourrir des autres.

Valérie

 

Une nouvelle au pensionnat

Gabrielle :

Elle est appuyée contre le poteau, à machouiller son chewing gum en entortillant ses longs cheveux blonds bouclés. Ses yeux sont fermés et sa tête bouge au rythme d'un d'un fond sonore inexistant pour le reste du monde. Tout en elle attire le regard, de son jean troué dans ce milieu de gosses de riches à son tatouage qui apparait de son t-shirt et qui remonte dans son cou. Un petit sourire en coin tord sa bouche, prouvant aux autres qu'ils ne lui font pas peur. Soudain, elle rouvre les yeux et croise mon regard. Ce bleu profond me stupéfie. Pour un peu, je me croirais face à l'océan. Je jette des coups d'oeil autour de moi, mais toutes les autres filles qui la dévisageaient sans honte quelques minutes plus tôt sont reparties dans leurs activités. L'inconnue me regarde encore et j'esquisce un sourire incertain. Brusquement, elle se lève et se dirige vers moi pour me tendre la main.

- Salut. Moi c'est Gabrielle, mais tu peux m'appeler Gaby, et toi ?

Je me demande si une rencontre peut changer le cours d'une vie. Si c'est le cas, Gabrielle va transformer la mienne.

Lisa